Hallux valgus : causes, conséquences et traitements de cette déformation de l’avant-pied

L’hallux valgus concerne 30% de la population en France. Son aspect inesthétique, qui lui vaut le nom d’“oignon”, n’est pas la seule problématique de cette déformation du pied. En effet, il entraîne très souvent de vives douleurs et rend la tâche de se chausser assez compliquée. Il existe des techniques et traitements pour soulager les personnes atteintes.

Mais certaines, sur avis médical, ont recours à la chirurgie pour éradiquer ce qui les complexe et leur occasionne tant de douleurs, sachant que l’hallux valgus rend la marche difficile, et engendre tout un lot de complications s’il n’est pas soigné comme il se doit. Alors comment prendre en charge cette déformation du pied ? Voyons ceci dans ce qui suit.

 

L’hallux valgus, parlons-en

L’hallux valgus est une déformation de l’avant-pied, qui peut survenir au pied droit, comme au pied gauche, ou aux deux. Cela se caractérise par une déviation du gros orteil de son axe normal vers le 2ème orteil. Pour un peu d’anatomie, le gros orteil se constitue d’un os, le métatarse, qui se prolonge par deux phalanges.

Le terme hallux signifie “gros orteil”, et valgus “vers l‘extérieur”. L’hallux valgus concerne donc l’articulation de la tête du métatarsien et la base de la 1ère phalange qui se déboîte et dévie. Il apparaît alors une saillie osseuse sur le bord interne du pied : l’hallux valgus.

Les trois stades de l’hallux valgus

On observe trois stades quant à l‘évolution de l’hallux valgus, ou oignon du pied. la déviation est inférieure à 20° : l’hallux valgus est qualifié de léger. L'articulation est déviée, mais elle est toujours emboîtée. la déviation est comprise entre 20 et 40° : le gros orteil rentre en conflit avec le 2ème orteil.

L’articulation ne s’emboîte plus correctement. L’hallux valgus est alors modéré. la déviation est supérieure à 40° : le gros orteil passe sous ou sur le 2ème orteil. L’hallux valgus est sévère. La déformation a de forts risques de devenir inflammatoire.

On parle de bursite. La zone est rouge, chaude et douloureuse. Il est alors de plus en plus délicat de se chausser. Une évolution évolutive de l’hallux valgus peut être ralentie au moyen d’exercices doux. Ce qui n’empêche pas 70 000 personnes de se faire opérer chaque année de cette déformation handicapante de l’avant-pied.

Les causes et symptômes

Bien que asymptomatique au départ, l’hallux valgus peut évoluer et devenir fort handicapant, en plus d’être inesthétique, pour grand nombre de personnes. En France, 30% de la population adulte est touchée et 2% d’enfants vers l’âge de 10 ans.

Même si l’hallux valgus concerne également les hommes, il est important de noter qu’il touche plus généralement les femmes, soit 90 à 95%, et le plus souvent vers la ménopause, entre 40 et 50 ans. L’hallux valgus apparaît ainsi plutôt chez : les femmes ; les femmes ménopausées ( structures fibreuses relâchée et plus enclines à l’élargissement du pied) ; celles et ceux avec des parents touchés par l’hallux valgus (25% des cas).

L’hérédité est indéniable ; les personnes avec des chaussures à bouts étroits (qui compriment les pieds et ne permettent pas aux orteils de prendre appui correctement lors de la marche) et/ou à talons (bien qu’il ne s’agisse pas d’un facteur dominant) ; les pieds égyptiens (avant-pied large avec un gros orteil plus long que le 2ème orteil) ; celles atteintes d’une maladie neuromusculaire, rhumatismale ou d’une anomalie du collagène.

Protéger l’hallux valgus pour limiter son évolution

Pour éviter toute complication, il est fortement recommandé de protéger l’hallux valgus. Pour se faire, porter des chaussures confortables, c’est-à-dire larges et sans talons, est préférable. Et pourquoi pas y ajouter des protections pour limiter les frottements de la chaussures sur le pied ?

Egalement, il est important de consulter un podologue pour évaluer l’évolution de l’hallux valgus (examens cliniques, et radiologiques) et faire le nécessaire pour soigner cet “oignon” qui vous complexe tant en plus de vous causer de nombreuses douleurs. Le podologue sera certainement amené à réaliser des semelles orthopédiques sur mesure, voire des orthèses nocturnes et des appareillages en silicone.

Bien que les douleurs soient accentuées lors de la marche, cela n’empêche pas d’en ressentir la nuit. Des orthèses nocturnes sont donc vivement conseillées.

Les complications de l’hallux valgus

Parmi les nombreuses complications possibles de l’hallux valgus, la principale reste une difficulté à la marche. En effet, le gros orteil se raidit, il perd alors son rôle propulseur et ne peut plus supporter le poids du corps qui se dévie alors vers les autres orteils.

L’articulation métatarso-phalangienne perd sa mobilité naturelle. Il s’en suit l’apparition de durillons et de cors sur les autres orteils. Ces derniers se recroquevillent et se placent en “griffe”, ce qui peut occasionner également une arthrose qui se développe sur les articulations du pied. S’en suit une inflammation (bursite) de l’articulation métatarso-phalangienne qui évolue par poussées assez douloureuses.

Si une plaie apparaît, elle peut alors s’infecter et se propager à l’articulation pour donner une arthrite, voire même à l’os (ostéite). Les personnes les plus fragiles, comme c’est le cas des diabétiques, sont plus enclines à ces complications. Une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire.

Seul un podologue pourra en juger. C’est la raison pour laquelle il est vivement recommandé d’en consulter un avant d’en arriver à un stade avancé de l’hallux valgus.

Une opération en vue ?

Une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire selon le stade d’avancée de l’hallux valgus. Elle consiste en la correction de la désaxation du gros orteil vers l'extérieur. Le gros orteil retrouve alors son rôle de propulseur, et stop aux douleurs. Une opération chirurgicale est alors vivement conseillée en cas de vives douleurs accompagnées d’une déformation importante avec une complication supplémentaire.

Pouvant être réalisée en ambulatoire, elle peut demander sinon une courte hospitalisation de 2 jours avec anesthésie locorégionale. Il est possible de marcher dès le lendemain mais au moyen de chaussures spéciales qui permettent de rester en appui sur les talons et ce pendant trois à quatre semaines.

Des exercices d’auto-rééducation seront aussi prescrits 15 jours après l’opération pour retrouver une bonne amplitude de l’articulation. A savoir que chez l’enfant, le port d’orthèses nocturnes suffit à corriger la déformation du pied pour éviter une intervention chirurgicale.

L’hallux valgus, bien que disgracieux dans son aspect, et handicapant dans la vie de tous les jours, peut être corrigé au moyen de divers traitements dont le dernier reste la chirurgie. Il n’est cependant pas inévitable. Cela dépendra du stade d’évolution et de l’avis du médecin. Un seul mot d’ordre : s’informer et agir pour retrouver de jolis pieds en bonne santé !!

Articles Récents